header image
Présentation
Présentation

 


L’Association Espoir pour Demain (AED) est une association qui vise à améliorer les conditions de vie de l’enfant en situation particulièrement difficile, à réduire la transmission materno-fœtale de l’infection à VIH/SIDA et à améliorer la qualité de vie de l’enfant infecté ou affecté par ce virus, de la femme enceinte séropositive ainsi que du couple mère-enfant séropositif.

Un reportage en trois chapitres nous emmène au coeur d'AED à Bobo : http://itunes.apple.com/us/podcast/bobocast/id163678503

Créée le 28 janvier 2003, l'association a été reconnue officiellement le 12 mai 2003 par les autorités burkinabè sous le récépissé n° 2003/81/MATD/PHUE/HC/SG/DAG.

Le siège d’AED se situe à Bobo-Dioulasso dans le quartier de Sikasso Sira, entre le vieux cimetière et la Brakina.

Activités actuelles :

L’appui médical et le soutien psychosocial des enfants séropositifs, en collaboration avec les services de pédiatrie du CHUSS de Bobo-Dioulasso ;
Les formations des femmes en situation précaire aux activités génératrices de revenus (AGR);
Le suivi des femmes enceintes séropositives en collaboration avec la maternité de l'hôpital ainsi que la SMI (Santé Maternelle et Infantile) de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ;
La prévention de la transmission mère-enfant ;
Les visites à domicile, à l’hôpital et à l'école ;
Le porte à porte ;
Le soutien scolaire des enfants;
Leur soutien médical ;
Leur soutien alimentaire ;
L'octroi de micro-crédits ;
L’appui nutritionnel aux bébés séropositifs ou dont la mère est séropositive ;
Les activités de conseil et d’assistance psychosociale ;

L
es repas communautaires ;
L
’appui gynécologique aux mamans séropositives ;
L
es théâtre-forums hebdomadaires dans les quartiers ;
Les formations "brosse à dents" tous les jeudi à AED...



 

Les membres du bureau, élus pour la période 2009-2012, sont :

Présidente : Christine Kafando, décorée de l'Ordre National du Mérite (Burkina Faso) et Chevalier de la Légion d'Honneur (France)
Vice-présidente : Abiba Djaho
Secrétaire général : Jacques Sanogo
Secrétaire adjoint : Harouna Koussoubé
Trésorière générale : Alima Ilboudo
Trésorière adjointe : Fatimata Konaté
Secrétaire à la communication : Alima Sawadogo

Secrétaire à la communication adjoint : Stéphane Somé

 

Commissaire aux comptes : Sylvie André-Dumont


L’association dispose d’un compte bancaire n° 02073640006 ouvert à la succursale de la Bank of Africa de Bobo-Dioulasso ainsi que d’un compte à but n° 035-4535814-38 (IBAN BE24 0354 5358 1438; BIC GEBABEBB) à la banque Fortis, Belgique.

L'association dispose également d'un "Compte de Projet" à la Fondation Roi Baudouin. Ce compte permet aux donateurs belges de bénéficier d'une déduction fiscale. Les dons peuvent être versés sur le compte IBAN : BE10 0000 0000 0404 et BIC : BPOTBEB1 de la Fondation, avec la mention "L82250 - Association Espoir pour Demain".


Visiteurs: 881819
Galerie

Cours d Anatomie 1

News
News 15 - Mai 2008

Le 31 mai 2008

Chers amis, je suis en colère.

Pour une fois, sortons de la cour d’AED, prenons la ville de Bobo dans son ensemble. Eloignons-nous encore et considérons tout le pays. En prenant encore plus de recul, voici l’Afrique et, tout autour, on devine la Terre entière. Nous ici, eux là. Tout près.

Retour à Bobo où le riz, le maïs et le mil ont augmenté de 50% en quelques mois au prix de gros et de 100% au prix de détail. Retour dans la cour d’AED : les enfants que vous soutenez par vos dons et la confiance que vous faites à notre équipe, ces enfants ont faim ! Ils deviennent presque privilégiés par rapport aux autres, puisque certains d’entre eux bénéficient des vivres du Programme Alimentaire Mondial par notre intermédiaire, quoique ces rations diminueront aussi avec la hausse des prix. Mais les autres enfants? Si les familles n’arrivent pas à boucler le budget mensuel alimentaire, elles n’auront certainement pas de quoi payer les frais de scolarité l’an prochain et les enfants seront chassés des écoles.

Il est d’autant plus inacceptable que les gens n'aient pas à manger, que ce pays a une vocation agricole. Les émeutes de février, les grèves de mai, le concert de casseroles vides à Ouaga semblent lointains vus d’Europe, mais ils sont tout proches. Dans une perspective globale, on se rend compte que : 1. Dans le passé, les cultures agricoles pour la consommation locale n’ont pas été encouragées (voire découragées), 2. De plus en plus de terres agricoles sont consacrées aux carburants végétaux, au détriment des céréales, et 3. Les investissements et spéculations se sont tournés vers les matières premières agricoles, avec un cynisme révoltant. Voici qui relève de notre responsabilité ! Notre consommation, nos investissements ont comme conséquence directe le niveau de bien ou de mal-être d’autres peuples qui tentent vaille que vaille de s’en sortir. Refuser d’investir dans ce qui appauvrit doublement les pays comme le Burkina Faso, c’est directement soutenir leurs populations.

L’école est payante au Burkina. Pour nous, les sommes demandées semblent dérisoires. Mais, je le répète, une famille qui n’a pas de quoi se nourrir ne peut envoyer ses enfants à l’école et, si les enfants ne sont pas scolarisés, le futur est sombre.

Les chiffres de la Banque Mondiale sont éloquents : en 2050, il y aura quatre milliards de jeunes (moins de 24 ans) sur Terre. La moitié, c’est-à-dire deux milliards de jeunes, seront… africains (Source IDAY). Comment le continent s’en sortira-t-il s’ils ne vont pas à l’école ?

Merci de nous aider, encore et toujours merci pour vos dons en nature, en argent, en temps. Et, je vous en prie, pensez aux conséquences de vos choix avant d’investir et de consommer.

Il n’y a rien de changé au niveau fiscal : AED est une association burkinabé, et ne peut délivrer d’attestation. La moitié de ce que vous pensiez nous offrir sera déjà d’un grand soutien. Encore merci.

Pour l’équipe d’AED,

Sylvie André-Dumont